Rechercher
  • SlowBreak

10 astuces pour adopter le Slow Travel


Voyager slow c’est une véritable philosophie qui consiste à ralentir le rythme et à profiter de l’instant présent. Ce n’est pas si simple de changer ses habitudes et ses attentes … Pour autant, de nombreuses petites actions peuvent nous permettre d’adopter un tourisme plus responsable et authentique. Comment et pourquoi voyager slow, voici 10 astuces pour vous aider à devenir acteur du tourisme de demain.


1. Je voyage en vélo ou en train


Il faut l’avouer, survoler les nuages c’est fantastique et époustouflant mais ce n’est pas très écolo … Pour l’avenir de notre planète, nous sommes invités à réduire autant que possible nos voyages en avion et à favoriser les modes de transport plus respectueux de l’environnement comme le train ou le vélo. La France, c’est tout de même 30 000 kilomètres de voies ferrées, de quoi trouver votre bonheur pour vos prochaines vacances !



2. Je ne fais pas de To-do list


Si vous optez pour le slow tourisme, vous faites le choix de prendre votre temps. Abandonnez cette fameuse To-do list qui vous fait courir d’un bout à l’autre de la ville où vous séjournez. L’idée est de laisser place à l’imprévu et de profiter pleinement de ce qui vous entoure. Préférez vous perdre dans les petites ruelles du centre historique ou emprunter un itinéraire différent de ce qui paraît évident pour une balade surprenante et réussie.


3. Je choisis un hébergement responsable


Voyager slow c’est aussi se pencher vers des hébergements responsables. Plusieurs labels recensent les établissements qui s’engagent à limiter leur impact sur l’environnement, comme celui de la Clef Verte ; ce qui ne veut pas dire mettre le confort ou la qualité de côté, bien au contraire ! Quant aux amateurs d’expériences, loger chez l’habitant est aussi un bon moyen de faire des rencontres tout en réduisant son empreinte écologique.




4. Je privilégie la marche à pied

Quoi de plus slow que la marche pour apprécier chaque paysage et chaque instant ? Finis les Uber pour se déplacer, osez ralentir pour découvrir les petites perles de votre séjour. Très souvent, de nombreux lieux sont accessibles uniquement à pied ; ce serait dommage de passer à côté d’un joli point de vue ou d’une cascade perdue en pleine forêt … Et puis la marche, c’est l’idéal pour se ressourcer et faire du sport entre ami.e.s ou en famille.




5. Je consomme local


Le slow tourisme permet à chaque voyageur de goûter aux plaisirs simples de la vie. Faites un tour au marché ou arrêtez-vous dans un petit restaurant typique pour déguster les spécialités locales. Manger une pizza, on peut le faire tous les jours alors que la traditionnelle fondue savoyarde, on ne la trouve que dans les Alpes ! Faire vivre l’économie locale et s’imprégner de la culture sont, notamment, des belles alternatives au tourisme de masse.


6. Je pars moins mais plus longtemps


Pourquoi toujours se précipiter et revenir de ses vacances épuisé.e.s ? Décider de voyager slow, c’est préférer la qualité à la quantité. Acceptez donc de rester plus longtemps dans un même endroit pour l’explorer en profondeur. Cessons de cocher des cases, éliminons le chronomètre et prenons du plaisir à échanger et à faire des rencontres. La France accueille déjà le slow tourisme avec ses 56 parcs naturels régionaux et ses magnifiques itinéraires à vélo sur tout le territoire !




7. Je fais du bénévolat / du volontariat


Le slow travel est aussi l’occasion de faire du tourisme participatif grâce à des actions bénévoles ou volontaires sur le lieu de votre séjour. On aurait tendance à penser aux missions à l’étranger, or, en France aussi ces expériences se multiplient depuis plusieurs années : expédition en voilier pour étudier la biodiversité marine en mer méditerranée, restauration et rénovation du patrimoine en Auvergne ou encore participer au nettoyage des plages à Saint-Nazaire sont autant d’exemples de l’écovolontariat.



8. Je fuis les sites touristiques


Nous rêvons tous de visiter ces lieux mythiques qui font la une des brochures de voyages. Mais avons-nous réellement besoin de tous les faire ? Quoi de plus stressant que de s'entasser dans une file d’attente. Choisissez une ou deux activité(s) par jour à faire avec les personnes qui vous accompagnent pour un beau moment de partage. Osez sortir des sentiers battus … Vous dénicherez peut-être des pépites insoupçonnées qui ne se trouvent pas forcément dans les guides de voyages.




9. J’investis dans des accessoires durables


Voici quelques exemples pour vous aider à voyager de manière plus durable : investir dans une gourde et bannir les bouteilles d’eau en plastique, acheter un savon solide, se munir de couverts lavables (en inox ou en bois) ou encore prendre une petite lampe torche pour économiser votre batterie de téléphone. Facile à penser, pas cher pour votre porte-monnaie, de quoi initier de nouvelles manières de voyager !





10. Je lâche prise


Déconnecter de son quotidien n’est pas une mince affaire ! Tout comme décrocher de son téléphone ou de son appareil photo. Laisser tomber les réseaux sociaux et photographier avec les yeux, tels sont les leitmotivs des adeptes du slow tourisme. Oublions nos mails, nos écrans et acceptons de faire une vraie pause, pour décompresser et se retrouver avec soi-même ; ça commence par là, voyager slow.