Rechercher
  • SlowBreak

Un week-end à vélo en Normandie

Et si nous suivions les pas de nos voyageur.ses slow qui nous racontent leurs séjours aux 4 coins de la France ? Aujourd’hui, c’est Valentine qui nous parle de son escapade à vélo en Normandie depuis Cabourg. Le récit est souvent inspirant alors laissons-nous tenter par ces expériences de slow travel pour un voyage qui conjugue authenticité, nature et imprévu.




Le mot de Valentine :


“C’est parti pour la Normandie pour profiter de l’air marin et du dépaysement sur la côte. La Normandie est l'endroit idéal pour quitter Paris le temps d'un week-end, accessible en train depuis Saint-Lazare, on peut même emmener son propre vélo car il y a des espaces adaptés dans les trains, alors qui dit mieux ?”


  • Durée du séjour : 2 jours, 1 nuit

  • Lieu : Dives-sur-Mer, Normandie

  • Prévoir : une bonne paire de basket, un coupe-vent imperméable et des sacoches pour les vélos


Programme détaillé


Jour 1 : De Port-Guillaume à Ouistreham - entre mer et histoire



Accompagnée de mes deux meilleures amies, je suis partie de bonne heure depuis Paris Saint-Lazare (en plein été, le train de 6h30 est idéal) pour une arrivée à Dives - Port Guillaume en début de matinée. Les horaires de train varient en fonction des week-ends et des vacances, alors n’hésitez pas à vous renseigner à l’avance. Une fois sur place, nous nous sommes rendues à la capitainerie de Port Guillaume pour louer des vélos, car ici de nombreux itinéraires sillonnent le littoral. C’est un vrai bol d’air marin qui nous attendait pour un dépaysement garanti et bien mérité.


En Normandie, vous avez l’embarras du choix au niveau des itinéraires à vélo, alors voici une idée de parcours pour une première journée ressourçante. Nous sommes parties en direction de Ouistreham et avons longé la côte pour rejoindre les plages de Riva Bella et Sword Beach, sites du Débarquement des alliés du 6 juin 1944. C’est l’occasion de plonger dans l’histoire et de comprendre l’héritage de la ville. Malgré une météo parfois capricieuse, nous avons pu profiter d’un bon pique-nique face à la mer, après déjà 2 bonnes heures de vélo dans les pattes !


Plutôt sportives dans l’âme, nous avons décidé de pousser jusqu’à Courseulles-sur-Mer l’après-midi. Ce fut l’occasion de visiter le Centre Juno Beach puis, plus loin dans les terres, à une vingtaine de minutes de route, nous avons fait un détour au cimetière canadien de Bény-sur-Mer. Pour les plus motivé.es, vous pouvez rallier Caen en 1 heure de vélo à travers champs. Comme nous avions réservé un logement à Dives-sur-mer, nous avons entamé le chemin du retour en passant notamment par Bénouville et le Pégasus Bridge. A 9 kilomètres de la fin de notre balade, nous sommes passées à la réserve ornithologique du Gros Blanc pour un moment calme et reposant. Vous pouvez faire le tour de la réserve à pied, en toute autonomie, c’est gratuit et en libre accès !


Bilan de cette journée : 150 kilomètres, des courbatures et de belles couleurs mais surtout un bel entrainement pour la journée de demain !



Jour 2 : De Cabourg à Deauville - le littoral Normand



Aujourd’hui, nous empruntons une partie de la VéloMaritime qui relie Roscoff à Bray-Dunes. La pluie s’est arrêtée mais nous n’oublions pas de prendre nos K-way car le ciel n’est pas très rassurant. C’est parti pour une matinée à pédaler pour atteindre Deauville. La balade nous offre un premier beau dénivelé à la butte de Houlgate où le charme normand opère une nouvelle fois avec ses maisons traditionnelles face à la mer. Ça tire sur les mollets car nous avons le vent de face, mais cela en vaut la peine.


Quelques kilomètres plus au nord, nous ne pouvions pas manquer l’observatoire du fameux méridien de Greenwich qui coupe, pour la première fois, l’Europe continentale à Villers-sur-mer. C’est assez fou de se dire que cette ligne imaginaire permet de mesurer l’espace et de définir les fuseaux horaires ! Après avoir immortalisé l’instant, nous nous sommes remises en selle et nous sommes arrivées à l’heure du déjeuner à Deauville ! Timing parfait pour se restaurer et partir un peu à pied (tout de même 653 mètres de planches à fouler). On imagine facilement l’ambiance du festival du cinéma américain entre parasols multicolores, transats et cabines de plage. Non loin du port, nous avons fait une halte au 8 de la rue Olliffe devant la demeure d’Eugène Boudin, peintre impressionniste célèbre pour ses toiles sur les ciels et paysages de Normandie.



L’heure tourne, il est temps de repartir pour Cabourg. Pour le retour, vous pouvez emprunter un itinéraire bis dans les terres où les pistes cyclables sont très bien aménagées. Mais comme nous sommes fans des grandes étendues, nous avons décidé de reprendre la côte. Nous faisons un arrêt à l’Hippodrome de Deauville La-Touques. C’est ici que vous pouvez assister à le plus de courses hippiques dans l’année d’où son surnom “des 4 saisons”.


Après avoir rendu nos compagnons de route et avant de reprendre le train, nous avons terminé par une promenade sur le front de mer de Cabourg, où nous avons eu la chance d'admirer un très beau coucher de soleil. L’avantage c’est qu’il n’y pas de voiture pour troubler vos pas, de quoi ravir les amoureux de la photographie qui tentent de capturer un dernier cliché des vagues.



Les 5 tips de Valentine :


  1. Privilégiez la saison estivale pour vous rendre à Dives-sur-Mer en train si vous ne souhaitez pas prendre un autocar.

  2. Préférez un vélo léger ou à assistance électrique car la Normandie, ça grimpe !

  3. Surveillez les marées pour accorder vos arrêts dans certain.es sites ou villes. Par exemple, il est conseillé de se rendre à Ouistreham quand la marée est haute.

  4. Rendez-vous devant le grand hôtel de Cabourg où Marcel Proust écrivit son célèbre roman - À la recherche du temps perdu.

  5. N’oubliez surtout pas la crème solaire, car même si une averse peut ponctuer votre balade, il fait bel et bien beau en Normandie ☀️


Pour ceux qui sont moins sportifs (ou pour ceux qui souhaitent un week-end plus reposant) vous pouvez opter pour une journée à vélo, en vous inspirant du récit de Valentine, puis une journée à vous perdre dans les rues de Cabourg. Son centre ville regorge de magnifiques villas de la fin du XIXème siècle, toutes plus originales et remarquables les unes des autres, de quoi apprécier une promenade plus calme et replonger dans la Belle Epoque !


36 vues1 commentaire